Menu
04 268 03 75
Rue Bois Libert 30, 4053 Embourg Lundi au vendredi : 9h à 19h Samedi : 9h à 12h
04 268 03 75 Rue Bois Libert 30, 4053 Embourg
Contactez-nous Lundi au vendredi : 9h à 19h
Samedi : 9h à 12h
Psychothérapeute
    Hypnothérapeute
    Coaching
Contactez-moi
Vous appréciez, partagez !
Lionel Deprez Phone04 268 03 75
AdresseRue Bois Libert 30
4053 Embourg
05/11/2018 12:15

Quand guérir ne fait plus mal 

 
Ce qui était mystérieux pour moi, c’est de voir à quel point je pouvais investir du temps, de l’argent, ma vie entière, vers une pseudo-réussite alors que dès l’instant où je me mets en chemin, ce n’est plus que pour m’éloigner de qui je suis et souffrir.

Quand la paix intérieure prend le pas sur le chemin de la réussite.

Certains diront qu’en se libérant de ses croyances limitantes pour ainsi aligner ses décisions sur base de qui nous sommes réellement, nous parvenons à créer des objectifs qui sont en harmonie avec le sens que nous décidons de donner à notre vie.

Moi, je crois que la vie n’a pas de sens si ce n’est que de se reconnaître tel que nous sommes. Et plus nous nous reconnaissons en quittant le rôle que nous jouons dans notre mental, plus nous réalisons que nous sommes l’objectif et que le sens de notre vie ne va pas vers l’extérieur, mais vers l’intérieur.

Chercher à quitter le mental pour être dans la pleine conscience en faisant un travail sur soi de type changement de croyance est le chemin que j’ai choisi de faire à l’âge de 17 ans. Un chemin long et périlleux qui ressembla plus à une longue croisade faite de succès et de défaites, à remettre tout en question, à être déstabilisé par tous mes changements de repères comme s’il fallait sans cesse me reconstruire. Tout cela pour connaître à 35 ans un bouleversement énorme qui m’amena à refaire passer encore une fois toutes mes idées par ce nouveau filtre qu’est la pleine conscience. Bien sûr, j’aurai pu prendre le chemin de la psychanalyse ou de la PNL ou de je ne sais quoi encore tant il en existe, mais rien ne me semblait aussi profond que celui-là, à tel point que je suis tombé dedans plusieurs fois. A une époque où j’en avais encore besoin, je n’ai pas su rendre fier mon mentor qui lui n’a pas su m’inspirer, mais qui m’aura confronté comme un père ! Il m’a transmis une partie de son savoir et a su me rappeler qui je suis. Il a toute ma gratitude. Puis, tout a encore changé lorsque j’ai réalisé que le chemin était le fruit de mon mental, un mental saturé par un flot de  questionnements incessants. Certes, j’apprenais à mieux me connaître, à me libérer des croyances qui me limitaient, à sortir de mes souffrances.

C’est pour cette raison que je peux dire que depuis l’âge de 23 ans, je suis vraiment épanoui, mais jamais vraiment satisfait.

Je ne sais plus qui a dit un jour : Ce n’est pas la quête du bonheur, mais le bonheur de la quête. Et c’est vrai, nous sommes en quête de réussites, une réussite que nous confondons cruellement avec le bonheur. Nous nous mettons en chemin avec l’espoir d’apaiser notre esprit qui trouvera la sérénité une fois le chemin traversé ! Alors, on se met la pression, parce que le temps passe et que l’on n’a pas envie d’attendre pour profiter de la vie comme si celle-ci se trouvait derrière la réussite, derrière le bonheur, au détour du chemin. Je comprends subitement pourquoi certains perçoivent la mort comme une libération !

Heureusement, un jour, on peut réaliser comme moi que le bonheur est déjà là, qu’il n’y a rien à faire pour l’atteindre, qu’il y a juste à ne plus lui faire obstacle avec nos peurs.

Voilà pourquoi changer ses croyances devient intéressant, comme lever les barrières qui empêchent de profiter de ce que nous sommes déjà.
 
Mais, est-ce que cela doit se faire dans la douleur ? Remettre tout en question est un chemin comme un autre et je ne peux juger cela. Je ne le connais que trop bien, au point d’être devenu l’expert du « pourquoi ». Plus aucune histoire ne me résiste, plus aucune structure mental, il y a toujours une raison derrière toute chose et je sais comment la voir.

Tout cela n’est que trop cérébral. Devenir un fou fou du mental pour parvenir à en sortir. Quel boulot !
Je crois que nous avons des besoins à satisfaire et que ce n’est pas en cherchant à les satisfaire que nous pourrons nous réaliser en tant qu’être humain et atteindre la plénitude.

Je pense qu’il faut arrêter de chercher.


On nous explique comment bien nous brosser les dents, on nous apprend à conduire et une fois que nous savons, on s’excite sur le Bluetooth de notre smartphone pour qu’il soit reconnu par la voiture afin de passer nos musiques préférées… Mais nulle part, on nous initie à notre propre fonctionnement ! Nous passons notre vie au volant de la machine que nous connaissons le moins.

Voilà pourquoi je pense qu’une mise à jour est plus que nécessaire.
Nous avons des besoins qui ne sont pas satisfaits parce que nous avons un problème existentiel que nous cherchons à compenser avec notre mental en nous racontant une histoire que nous décidons de percevoir comme notre réalité. Je pense que la seule façon d’être heureux, est de traverser ce problème existentiel. C’est en reconnaissant notre existence, que nos besoins fondamentaux se réalignent d’eux-mêmes.
En quittant notre mental, nous faisons place à notre conscience et à une plus grande réalisation de nous-mêmes.
 
En reconnaissant notre existence… de simples mots qui résument à eux seuls, la souffrance de ce monde. Un monde dans lequel les gens compensent de 8 milliards de façons extérieures à eux, à travers le sexe, l’argent, le sport, les études, les dépendances, la guerre, internet, etc.… dans l’espoir de se rencontrer soi.

Aujourd’hui, j’ai arrêté de courir. Je ne suis plus en chemin car je sais que je suis le chemin. Ce n’est plus le chemin qui me définit, mais moi qui définis le chemin. Un chemin qui n’a pas de direction, parce qu’il mène partout. Chacun de mes pas me définissent, ils sont mon emprunte et ne laisse aucune trace. Cela me permet de faire l’expérience du moment présent et donc d’être moi. Je prends plaisir à  m’accueillir et à ressentir la vie qui a toujours été là. Voilà ce que c’est pour moi, reconnaître son existence et ne plus avoir mal.
 

Retour
Vous appréciez, partagez !
Lionel Deprez Phone04 268 03 75
AdresseRue Bois Libert 30
4053 Embourg